5 journalistes en garde à vue depuis 4 jours à Mardin

Cinq correspondants de différents médias sont maintenus en garde à vue depuis leur arrestation à Mardin le 20 août lors d’une manifestation contre la destitution la veille de trois Co-maires kurdes.

Dans la nuit du 18 au 19 août, les municipalités de Diyarbakir, Van et Mardin, gérées jusque-là par le Parti démocratique des Peuples (HDP), ont été privées de leur Maire sur décision du ministre de l’intérieur turc. Les maires destitués ont été remplacés par des administrateurs désignés par l’Etat.

À la suite de la destitution des Maires, les forces de police ont assiégé les trois municipalités et violemment réprimé les mouvements de protestation qui continuent encore aujourd’hui.

Le 20 août, une manifestation devant la mairie de Mardin a été attaquée par la police. Ahmet Kanbal et Mehmet Oruç, correspondants de l’agence de presse kurde Mezopotamya, Rojda Aydın, correspondante de l’agence de presse féminine Jinnews et deux autres journalistes, Nurcan Yalçın et Halime Parlak, ont ​​été arrêtés alors qu’ils couvraient cette manifestation.

Selon leurs avocats, les journalistes arrêtés ont été soumis à des fouilles à nu et battus durant leur garde à vue dans la section anti-terroriste du département de police de Mardin.