La guerre de l’eau menée par la Turquie vise l’agriculture au nord de la Syrie

La Turquie a ouvert les vannes de ses barrages et inondé des milliers d’hectares de terresen Syrie. Les fermiers disent que c’est une guerre contre eux.

La Turquie a ouvert les vannes de ses barrages et inondé des milliers d’hectares de terres à Girê Spî, dans le nord de la Syrie. Les fermiers de Girê Spî disent que c’est une forme de guerre contre leur agriculture.

En parallèle aux attaques militaires dans le nord et l’est de la Syrie, les barrages turcs jouent un rôle majeur dans la guerre contre la région auto-administrée. Ces dernières semaines, la Turquie a ouvert des barrages et inondé et détruit 4000 hectares de terres arables plantées. Précédemment l’armée turque avait systématiquement déclenché des feux et détruit la récolte, c’est maintenant la tactique des inondations ciblées qui est employée.

L’agriculture est la principale source de revenus de la région, et beaucoup de gens tirent leur subsistance de l’agriculture dans une région qui est sous embargo de tous côtés.

Le fermier Mahmoud Mihemed Ismail de la région de Girê Ispî a dit, que si cela continuait, des milliers d’hectares de terres ne pourraient plus être cultivés. En plus, de vastes surfaces de champs plantés sont inondés et parfois détruits. Il en appelle à la communauté internationale pour faire cesser cette pratique contraire à la loi internationale.
Sale guerre de l’eau

Ibrahim Al-Hassun du village de Til Ehder près de Girê Spî a dit que plus de 200 hectares de terres plantées situées autour de la rivière Sûsikê ont été inondées après que la Turquie ait ouvert les vannes.

La Turquie mène une sale guerre, dit-il. « La guerre de l’eau qui se déroule est dirigée contre la principale source de revenus de la région, l’agriculture. La Turquie cible les fermiers de la région, des enfants, les animaux, les machines agricoles, les écoles et tout le reste. »