Des ONG appellent les autorités turques à rendre 282 corps de combattants kurdes à leurs familles

Plusieurs Organisations de la société civile ont tenu une conférence de presse commune à Istanbul, concernant 282 corps de combattants kurdes retrouvés en mai dernier sous les trottoirs du cimetière de Kilyos, à Istanbul, après avoir été retirés par l’armée turque du cimetière de Garzan, dans la province kurde de Bitlis.

Plusieurs organisations de la société civile, notamment des associations de défense des droits humains, ont tenu, vendredi 16 octobre, une conférence de presse commune, dans le quartier de Taksim, à Istanbul, concernant les 282 corps de combattants kurdes enterrés sous les trottoirs du cimetière de Kilyos, à Istanbul. Ces ossements découverts en mai dernier proviennent du cimetière de Garzan, à Bitlis, détruit par l’armée turque, durant un couvre-feu imposé à la ville en décembre 2017.

Le communiqué de presse commun a été lu par Gülseren Yoleri, présidente de l’Association des Droits de l’Homme (IHD) à Istanbul. Rappelant que la grande majorité des corps provenant du cimetière de Garzan appartenaient à des personnes qui avaient perdu la vie lors des affrontements intenses des années 1990, elle a déclaré : « Les corps découverts dans les fosses communes, à Bitlis, suite à des recherches menées par des organisations comme l’IHD, au cours des années 2000, ont été déplacés ici et enfouis à nouveau ». La représentante de l’IHD a ajouté que des corps de combattants tombés au Rojava, dans la lutte contre Daesh, à partir de 2014, se trouvaient également dans le cimetière de Kilyos.

Mme Yoleri a déclaré qu’après la fin du processus de paix, les tombes des combattants kurdes étaient devenues des cibles pour les autorités, parallèlement au changement de politique suivi par le parti au pouvoir.

« Le cimetière a été détruit, a dit Mme Yoleri, puis les tombes ont été retournées avec des bulldozers. Les corps ont été emmenés au service de médecine légale d’Istanbul, sans que les familles aient été informées. Ils ont ensuite été entassés dans des fosses communes, dans le cimetière de Kilyos. Toute ceci est contraire aux lois, aux coutumes, aux traditions et principes religieux. C’est une blessure profonde infligée à la conscience de la société ».

La défenseuse des droits humains a déclaré que les corps devaient être immédiatement retirés du cimetière de Kilyos et rendus à leurs familles. « Des excuses devraient être présentées pour les traumatismes et les souffrances subies par les familles des personnes dont les corps ont été enterrés sous les trottoirs », a-t-elle ajouté.