Le dernier livre du journaliste turc saisi avant parution

Le manuscrit du nouveau livre, intitulé «l’armée de l’imam» sur le chef de la confrérie Gulen, de journaliste Ahmet Sik, incarcéré le 3 mars dans le cadre de l’affaire Ergekenon, a été saisi et détruit dans la nuit de mercredi à jeudi à l’imprimerie avant sa parution.

La maison d’édition « Ithaki » à Kadikoy, un quartier d’Istanbul, a été perquisitionné pendant sept heures au cours de laquelle la police a saisi toutes les copies du livre «l’armée de l’imam» avant sa parution.

Le mandat de perquisition a été délivré par le procureur Zekeriya Oz, chargé de l’enquête sur le complot présumé d’Ergenekon, groupuscule militaro-nationaliste d’origine kémaliste ou l’État profond, contre le gouvernement islamo-conservateur.

Surpris par la perquisition, le propriétaire de la maison d’édition, Unal Kocan, a dit que la police est intervenue sur une hypothèse alors que ce livre n’a toujours pas été imprimé.

La police a saisi le manuscrit et détruit la copie électronique du livre sur l’ordinateur, selon l’editeur Ahmet Oz.

Ahmet Sik a été arrêté le 3 mars à Istanbul dans le cadre de l’affaire Ergenekon avec plusieurs autres journalistes. Enseignant à l’université Bilgi d’Istanbul et collaborateur de nombreux titres de presse incluant Milliyet, Cumhuriyet et Bianet, Il est à l’origine de nombreuses révélations sur l’affaire Ergenekon, sur laquelle il a publié plusieurs livres. Il est arrêté alors qu’il travaillait à la rédaction d’un document sur l’infiltration de la police par des éléments de la secte islamiste Gülen.

CONFRÉRIE GULEN

L’organisation de l’imam turc Fethullah Gulen, proche du gouvernement, qui gère 600 écoles dans le monde et compte plus de 4 millions de fidèles, est accusée d’être derrière ces opérations contres les journalistes.

La confrérie est accusée également par un ancien dirigeant du renseignement turc d’avoir servi de couverture à la CIA en Asie centrale. « Relocalisée en Pennsylvanie peu après les attentats du 11-Septembre, la confrérie de Gülen dispose effectivement de liens étroits avec le renseignement américain. L’imam prêche un islam modéré qui permet à Washington de contrer l’influence des groupes djihadistes » résume Intelligence Online, le magazine français.

Selon un rapport récent du Plateforme “Liberté pour les journalistes” (GÖP), 68 journalistes, dont 10 femmes, sont derrières les barreaux en Turquie. (MA)