Mise à jour orale : Assemblée générale Conseil des droits de l’homme 42ème session Point 3

Débat général – Promotion et protection de tous les droits de l’homme, civils, politiques, économiques, sociaux et culturels, y compris le droit au développement

Monsieur le Président, Le MRAP exprime sa vive préoccupation concernant les violations des libertés et droits fondamentaux en Turquie, notamment après la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016.

L’indépendance du pouvoir judiciaire n’est plus assurée par le pouvoir exécutif qui, au
contraire, en a fait un instrument de répression qui agit de manière arbitraire et
discriminatoire à l’encontre milliers de prétendus soutiens au coup d’Etat ou des membres de la minorité kurde.

Au mois de juillet dernier, la Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, Mme Dunja Mijtovic, suite à sa visite de cinq jours en Turquie, a déclaré que « la tendance du système judiciaire turc à placer la protection de l’État au-dessus de la protection des droits de l’homme s’est nettement renforcée » et que « dans de très nombreuses autres affaires, les autorités omettent simplement de passer par le système judiciaire, même pour des mesures qui ont des conséquences sérieuses pour les droits de l’homme, telles que certaines restrictions appliquées à la liberté de voyager ou à l’exercice de la profession d’avocat ».

Le 19 août 2019, lorsque les maires de Diyarbakir, Van et Mardin ont été démis de leurs
fonctions et près d’un millier de personnes ont été arrêtées dans les provinces du sud-est, à majorité Kurde.

Le MRAP invite le Rapporteur spécial sur l’indépendance des juges et des avocats à continuer de porter une attention particulière à la situation en Turquie.

Je vous remercie.
16 septembre 2019