CENTRE KURDE DES DROITS DE L’HOMME


Les Kurdes ont été les cibles de programmes de nettoyages ethniques, de massacres, de déplacements forcés et d’interdictions concernant leur langue et leur culture dans toutes les régions. Ils étaient soupçonnés d’avoir des sympathies séparatistes, simplement en raison de leur origine ethnique.

Des millions d’entre eux sont devenus des réfugiés, incapables de retourner dans leurs maisons ou leurs terres dévastées. La communauté internationale n’apporte pas de réponse stratégique et cohérente à cette crise, bien qu’elle tue des dizaines de milliers de personnes et que c’est toute une culture qui est en danger.

Le Centre Kurde des Droits de l’Homme a été créé à Genève en 2000, conformément à l’article 60 de la Constitution civile suisse. En réponse au génocide, aux crimes de guerre et aux violations des droits de l’humain commis dans les régions kurdes de Turquie, d’Irak, d’Iran et de Syrie..

Les objectifs du Centre kurde des droits de l’homme sont les suivants :
Informer les peuples européen et suisse ainsi que la Commission des droits de l’homme des Nations Unies (HCDH) sur les violations des droits humains commises contre les Kurdes. Cela par le biais de séminaires et autres plateformes de dialogue ou en assistant aux réunions de divers groupes. Nous voulons établir un dialogue avec les ONG, les mouvements civils, les associations, les gouvernements et les institutions civiles.

Préparer et développer des projets culturels afin de mettre en œuvre les droits des individus et du peuple kurde. Organiser différents types d’activités visant à l’intégration de la communauté kurde à Genève.

Le Centre kurde des droits de l’homme, en tant qu’organisation à but non lucratif d’utilité sociale, est né de la nécessité de fournir des informations et d’accroître le soutien de l’opinion publique concernant le mouvement kurde, la question kurde et le Kurdistan en général ainsi que des activités spécifiques.

Depuis sa création, le Centre kurde des droits de l’homme s’occupe principalement d’information. Il fournit des informations générales sur la question kurde des droits humains au Kurdistan, tout en traitant spécifiquement de la diffusion d’informations sur la répression, la discrimination et la guerre contre le peuple kurde dans les quatre pays où le Kurdistan a été divisé en 1923 par le Traité de Lausanne.

Au Centre kurde des droits de l’homme, les Kurdes et les Suisses mènent diverses activités hétérogènes, le plus souvent sur une base volontaire.

Le Centre participe à des réunions publiques pour présenter la question kurde des droits humains. Il traite souvent sur des thématiques qui concernent directement la Suisse. telles que la lutte contre toutes les formes de violence contre les femmes, l’opposition à l’utilisation de la torture dans les prisons, la lutte civile contre la vente d’armes, la sensibilisation au respect des droits humains en Turquie, l’opposition à la guerre, la liberté de la presse et d’opinion, la condition des mineurs ou le phénomène d’immigration.

L’essentiel de l’activité est lié aux organisations de la société civile, ce qui permet d’établir des relations durables entre les Kurdes à travers leurs organisations et les organisations suisses.

Le site Web du Centre kurde des droits de l’homme publiera en anglais et en français des dossiers, des recherches, des rapports, des nouvelles ainsi qu’une variété de ressources sur les droits de l’homme, les femmes, les enfants, l’environnement, etc.
Chaque nouvelle traduite et publiée est tirée des sites Web officiels des organisations de défense des droits de l’homme (IHD, FIDH, KHRN, KMMMK, SOHR, AHR, AHR, AI, HRW, MRAP, AIHM, OHCHR etc.), des agences de presse turques et kurdes, des journaux et chaînes TV (ANHA, ANF, BIA, JINTV) dans tout le Kurdistan, ainsi que de contacts directs dans ces régions. En outre, nous publierons tous les rapports sur les droits humains provenant de délégations d’observateurs·trices dans toutes les régions du Kurdistan, ainsi que des thèses universitaires sur des questions relatives au Kurdistan, avant l’accord de l’auteur.

Le Centre kurde des droits de l’homme, en collaboration avec d’autres associations et organisations locales ou administrations locales, promeut des événements culturels qui peuvent transmettre et faire connaître l’identité, la culture et les traditions du peuple kurde et du Kurdistan, impliquant toujours différentes cultures vivant ensemble avec le peuple suisse.

De même, le Centre organise des missions d’observation chaque fois que des événements culturels importants se produisent au Kurdistan, comme le cas de Newroz, le Nouvel An kurde. Les missions d’observation participent aux événements concernant les droits humains, tels que les visites dans les prisons et les familles des détenu·e·s. Elles rencontrent également des militants pour les droits humains des femmes et des enfants, des associations environnementales et de santé et des syndicats.

STATUS DU « CENTRE KURDE DES DROITS DE L’HOMME »

C/O Maison des Associations Rue des Savoises 15 – 1205 Genève

Art. 1 Nominations
L’association ci-dessous dénommée « CENTRE KURDE DES DROITS DEL’HOMME » est fondée selon les Art. 60 et suivants du code civil dont lesiège est à Genève.

Art. 2 Durée
L’association est créée pour une durée indéterminée.

Art. 3 Buts
Les buts de l’association sont :

  • De sensibiliser la population suisse, européenne et internationale aux violations des droits de l’homme des kurdes dans les régions où ils vivent et sont immigrés ;
  • D’informer et de développer des relations conséquentes avec les ONG,Associations, organisations et institutions civiques et étatiques ;
  • De mettre en œuvre des projets pour contribuer aux respects des droits de l’homme individuels et collectifs des kurdes ;
  • D’organiser des séminaires et débats sur les violations des droits de l’homme des kurdes ;
  • D’informer régulièrement le centre des droits de l’homme de l’ONU et pour cela de participer aux différentes réunions ;
  • D’organiser des semaines culturelles ayant pour but de présenter laculture kurde sous ses divers aspects ;
  • D’organiser des cours de langue kurde pour tous les niveaux ;
  • De contribuer à l’intégration des kurdes à Genève en collaborant entre autre avec le Bureau de l’Intégration des Etrangers.

Art. 4 Membres
Toute personne juridique qui approuve les buts de l’association et remplis le formulaire prévu à cet effet peut devenir membre sous réserve del’approbation du comité directeur.
Toute personne juridique peut être admise comme membre d’honneur sous réserve de l’approbation du comité de direction.

Art. 5 Organes
Les organes de l’association sont :
– L’assemblée générale
– Le comité directeur

Art. 6 L’assemblée générale
L’assemblée générale se déroulera avec la participation de ses membres et sera convoquée par le comité directeur au moins une fois par an.

L’assemblée générale :

– Élit le comité directeur et les réviseurs aux comptes
– Décide des principales activités de l’association
– Approuve le budget et les comptes annuels

Art. 7 Le comité directeur
Le comité de direction est constitué de trois membres au minimum.
Il est responsable de tous les travaux et activités de l’association.
Un membre du comité directeur est responsable.

Art. 8 Les réviseurs aux comptes
L’assemblée générale vote deux réviseurs aux comptes afin d’assurer une bonne gestion du budget et des comptes.
Les réviseurs aux comptes ne peuvent être membres du comité directeur.

Art. 9 Recettes
Chaque année l’assemblée générale fixe le montant de la cotisation de membre.

Les recettes de l’association se composent des :
– Cotisations des membres
– Dons
– Autres présents
– Aides de divers organismes (Bureau de l’Intégration, Département de la Culture, commerçants, sponsors lors d’organisation de soirées, revenus lors des fêtes avec la vente de boissons et nourritures etc.)

Art. 10 Exercice social
L’exercice social correspond à l’année civile.
Le statut et le règlement de l’association peuvent être changés avec la majorité des 2/3 des voix des membres lors de l’assemblée générale.

Art. 11 Dissolution
L’association peut être dissoute avec l’accord des 2/3 des membres lors de l’assemblée générale.
Lors d’une éventuelle dissolution, les biens de l’association seront livrés à une organisation poursuivant les mêmes buts et objectifs.

**********************
Ces statuts ont été adoptés par l’assemblée générale constitutive du 10 août 2000 et entrent en vigueur immédiatement.

President(e) Mehmet ILKHAN
Vice-president(e) Ali GURGOZ
Trésorie Turgut SIK