Un journaliste kurde condamné à sept ans de prison

La justice turque a condamné jeudi 7 avril à six ans et neuf mois de prison Ozan Kilinc, l’ancien propriétaire et rédacteur en chef du seul quotidien en langue kurde, Azadiya Welat.

Accusé d’appartenance à une organisation « terroriste » et de « propagande en faveur de cette organisation » à travers des articles publiés dans douze différant numéros au cours de l’année 2009, la 5e Cour d’Assise de Diyarbakir a condamné à 6 ans et 9 mois de prison l’ancien propriétaire et rédacteur du quotidien Azadiya Welat, sans réduction de peine.

Le 9 février 2010, Ozan Kilinç avait été condamné par contumace à 21 ans de prison. Il a également été privé de ses droits civiques.

Le journal Azadyia Welat est dans la ligne de mire des autorités depuis qu’il sort de manière quotidienne en 2006. Il a déjà été suspendu huit fois par la justice turque et au moins neuf journalistes du quotidien sont actuellement en prison, dont deux anciens rédacteurs en chef.

Le 13 mai 2010, Vedat Kursun a été condamné à une peine de 166 ans de prison. Kilinc et Kursun sont actuellement en prison.

La justice turque avait condamné le 30 décembre 2010 à 138 ans de prison Emine Demir, ancienne rédactrice en chef d’Azadiya Welat, pour « appartenance à une organisation terroriste » et « propagande en faveur de cette organisation » à travers des articles publiés.

Ainsi, ces trois anciens rédacteurs en chef totalisent plus de 330 ans d’emprisonnement. Le quotidien kurde a du changer cinq rédacteurs en un an, en raison de l’harcèlement judiciaire, selon un communiqué récent de ce journal.

Selon un rapport du Plateforme “Liberté pour les journalistes” (GÖP), 68 journalistes, dont 10 femmes, sont derrières les barreaux en Turquie. La plupart des journalistes en prison sont des kurdes.